La France a récupéré France.com

Encore une histoire un peu moche qui va faire rayonner l’image de la France à l’étranger. Depuis 1994, Jean-Noël Frydman, un français expatrié aux États-Unis, est l’heureux propriétaire du nom de domaine France.com.

Sur ce site destiné à l’origine aux expatriés français, il proposait depuis quelques années un portail touristique pour conseiller et aider les touristes à venir visiter la France. Jean-Noël Frydman travaillait avec de nombreux partenaires du tourisme, y compris le Ministère des Affaires Étrangères pour faire la promo de notre beau pays à l’étranger. Un site avec un objectif commercial certes, mais son site vu qu’il est le premier à avoir réservé le nom de domaine.

Mais c’était sans compter sur ce même Ministère des Affaires étrangères qui a déposé une plainte en France pour récupérer le nom de domaine, sous prétexte que le mot France est une marque déposée.

Et malheureusement, le juge a dit OK et le registrar qui n’est autre que Web.com a, sans prévenir Jean-Noël Frydman, rendu France.com à la France.

France.com redirige donc maintenant vers France.fr.

Ce qui est moche c’est la réaction de Web.com qui est une boite basée aux US, donc censée répondre aux lois américaines. Le jugement étant rendu en France, et le TLD étant un .com (US), il n’y avait techniquement aucune raison qu’ils lâchent aussi facilement le nom de domaine France.com.

Mais voilà, c’est ce qui s’est passé.

Seulement, Jean-Noël Frydman n’est pas du genre à se laisser dérober un gagne pain, et vient à son tour de déposer une plainte aux Etats-Unis contre la France pour cybersquatting afin de récupérer son nom de domaine. C’est de bonne guerre. Mais ce qui est encore plus fun c’est toute la mauvaise publicité qu’il est en train de faire au registrar Web.com.

I’m probably [one of Web.com’s] oldest customers, I’ve been with them for 24 years… There’s never been any cases against France.com, and they just did that without any notice. I’ve never been treated like that by any company anywhere in the world. If it happened to me, it can happen to anyone.

Et la France n’est pas épargnée non plus…

They claim to be a company that’s good for small businesses, what a joke. They’ve been absolutely horrible, not even answering our emails.

Je ne pense pas que récupérer un domaine comme celui-ci par la force était bien malin, et c’est encore un beau gâchis qui aurait pu se régler à l’amiable avec quelques billets.

De plus si j’en crois les commentaires sur la toile, l’opinion publique est du côté du « petit » qui s’est fait flouer son NDD plutôt que du côté du pays outragé qui s’est fait voler sa marque.

Moche.

Source


Rogue One — une analyse de la cybersécurité


contenu proposé par Kaspersky Lab

La cybersécurité dans la fiction, ou comment Kaspersky tente d’expiquer le hack des systèmes de sécurité de l’empire, tout en mettant en lumière des tests d’intrusions et failles réelles.

La sécurité commence avec les RH

Rogue One commence avec le chef de la Division de Recherche en Armement Avancé de l’Armée Impériale, Orson Krennic, et une équipe de spécialistes en ressources humaines qui cherchent à recruter le meilleur développeur, Galen Erso, pour qu’il travaille sur le projet de la super-arme de l’Étoile de la Mort. Que savons-nous d’Erso ? Il a d’abord travaillé sur le projet avant de remettre sa démission. Il n’est pas pressé d’y retourner mais les RH de l’Armée Impériale lui font une offre qu’il ne peut pas refuser, donc il y retourne. Enfin, Krennic se rend compte qu’Erso est un espion industriel, et qu’il est à l’origine des plans qui ont fuité.

Un tel employé n’aurait jamais dû être embauché…

Lire la suite


Korben